Flyers à l’hôtel (Calais suite)

      Yorum yok Flyers à l’hôtel (Calais suite)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Flyers à l’hôtel (Calais suite)Passant une semaine entière à l’hôtel pour le travail, il me vint un jour l’idée saugrenue de faire un petit flyer que j’imprimai en plusieurs exemplaires indiquant que je suçai gratuitement, avec bien sûr mon numéro de téléphone. Je mis ces flyers le soir dans l’aile de l’hôtel où je me trouvai et attendis qu’il se passe quelque chose. Bizarrement, aucun coup de téléphone. En fin de soirée j’allais retirer mes flyers avec la ferme intention de les remettre le soir suivant.deletedL’hôtel était pourtant relativement bondé, avec beaucoup d’Anglais comme clients qui ne restaient qu’une nuit avant de prendre le ferry pour rentrer chez eux. A croire qu’il n’y avait aucun célibataire et encore moins de couples libertins. Je remis donc en place mes flyers en fin de journée et attendis qu’un homme en manque se réveille et veuille bien se faire sucer. A 10 heures je n’avais reçu aucun coup de téléphone et je m’interrogeais sur le peu de succès de mes petits flyers que je trouvais tout de même sympas. J’attendis donc un peu, mais comme rien ne bougeait je sortis de ma chambre pour à nouveau diyarbakır escort décrocher mes affichettes. Je décrochai d’abord celle de mon couloir et descendis d’un étage pour enlever celle du couloir inférieur. Les escaliers en béton faisaient raisonner mes pas, qui s’estompèrent quand je fus dans le couloir revêtu d’une moquette. Près de l’endroit où j’avais mis mon flyer, la porte d’une chambre était entrouverte et quand je fus à son niveau, enlevant le flyer, une voix très basse me demanda : « c’est vous qui…… ? ». Surpris je répondis bêtement « c’est moi qui quoi ? », sans attendre de réponse car j’avais compris presque instantanément ce que me demandait l’homme qui me parlait, je repris donc : « oui c’est moi ». « Entrez » me dit-il toujours d’une voix basse. Refermant la porte il continua d’un ton plus assuré : « Vous sucez seulement ? ». Je lui répondis que cela dépendait de ses envies. Il s’approcha de moi et passa ses mains sous ma jupe, caressant mes fesses et le haut de mes bas tout en me disant : « j’ai envie de faire l’amour ». Sans que j’ai pu dire quoi que ce soit il m’embrassa, sa grosse escort diyarbakır langue au fond de ma gorge s’entortillant dans la mienne. Ma main descendit sur sa braguette et je sentis son sexe bien raide sous le tissu du pantalon. Je descendis sa fermeture éclair et sortis sa bite que je masturbais lentement. « Suce-moi salope ! ». Je m’accroupis et pris sa queue en bouche. Tout en le suçant je me dis qu’il ne me défoncerai pas le cul avec une queue aussi petite, mais bien sûr je ne dis rien et continuai mon travail. « Oui c’est ça salope, suce ma queue ! Espèce de pute ! J’vais te baiser comme la salope que t’es ! » C’est ce genre de phrases que j’entendais tout en m’appliquant à lui donner du plaisir. L’homme ne s’arrêtait pas de parler, avec des propos ou le terme salope et pute étaient présents toutes les deux phrases. Visiblement ça l’excitait, et comme j’adore être insultée cela me plaisait plutôt. « Mets-toi à quatre pattes ! » m’ordonna t’il subitement. J’arrêtai donc de le sucer et montai sur le lit en lui présentant ma croupe. Il me lécha l’anus tout en me masturbant, (je n’avais pas mis diyarbakır escort bayan de cage), rentrant sa langue le plus profondément possible, bien sûr je me laissai faire, j’aime les hommes qui pratiquent l’analingus, et lui le faisait plutôt bien, partant des couilles pour remonter vers ma rosette, puis raidissant sa langue pour la rentrer dans ma « chatte ». « J’vais te baiser ! Tu as une capote ? ». Bien sûr que j’avais des capotes dans la poche de ma jupe. Je lui en tendis une et il se l’enfila sur la queue et me pénétra vivement. Sa queue n’était pas une foudre de guerre et j’avoue ne pas avoir sentis grand-chose mais pour le satisfaire je soupirai d’un plaisir que je n’avais pas. Simuler n’est pas l’apanage des seules femmes, nous aussi savons très bien le faire. Ce coït ne dura pas bien longtemps, mon « client » éjaculant rapidement et s’écroulant sur le lit en me gratifiant d’un « t’es une bonne pute ». « Je sais » lui répondis-je en rajustant mes vêtements. Je sortis de la chambre en le remerciant et fis le tour des autres flyers que j’avais accrochés dans l’hôtel. Depuis, je m’amuse de temps à autre selon les hôtels et dans des villes où je ne vais que rarement à faire la même chose avec plus ou moins de succès. L’avantage de l’hôtel est que les hommes très pervers ou très vicieux, voire les deux, osent moins de choses que lorsqu’ils sont chez eux.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir