Jean

      Yorum yok Jean

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

JeanJe suis un jeune travesti occasionnel qui adore sucer des bites habillé en femme. Dès la puberté je n’étais intéressé par les filles que comme bonnes copines et j’aimais côtoyer les garçons virils. Au collège dans la douche collective après le sport je me plaçais à côté d’un copain fort en sport, poilu et doté d’un gros sexe. Je ne pouvais pas quitter son pénis des yeux en me douchant. Un jour avant de ressortir du vestiaire il me dit « viens, je veux te montrer quelque chose » et il m’entraina discrètement dans une cabine des toilettes. Il baissa son short et posa ma main sur sa bite en train de gonfler. « Tu la regardes tout le temps, tu peux la toucher aussi ». Le contact était délicieux. J’ai aimé la finesse et la douceur de la peau que je fis coulisser doucement. Son pénis était érigé complètement et très chaud. Il m’appuya sur les épaules doucement. Je me suis assis sur la cuvette en continuant de le branler. « Suces, tu en as envie » dit-il. C’était vrai et j’ai un souvenir puissant de cette première pipe avec un copain que je matais depuis longtemps. J’ai tété son gland puis sucé sa tige en la mouillant de ma salive. Il s’enfonça une peu plus puis se retira et m’envoya son sperme sur les lèvres. J’en pris avec ma langue pour goûter et j’ai tout avalé car c’était très bon. Nous sortîmes sans rien dire. Il me redemanda plusieurs fois de venir avec lui dans les toilettes dans les mois suivants.Nous nous sommes retrouvés au lycée. Lui était devenu un homme à femmes. Moi j’étais canlı bahis resté un petit minet blond androgyne, imberbe et peu poilu, avec une bite petite et fine qui bandait un peu quand j’en suçais une plus grosse. J’ai eu plusieurs aventures car j’étais connu pour aimer ça. Avec les copains intéressés nous allions au fond du jardin public proche où des bosquets d’arbres nous protégeaient du regard des passants. A la fin du lycée j’ai commencé à m’habiller en fille à la maison. Une copine me prêtait ses affaires et je m’étais acheté des petits faux seins en silicone que je collais sur mon torse et dont les tétons pointaient sur mon chemisier. Et un jour j’ai franchi le pas. Cette copine m’a invité à une soirée chez elle et j’y suis arrivée en minijupe, maquillée et parfumée. J’étais belle et ceux qui me connaissaient ne m’ont pas reconnue tout de suite. J’étais heureuse ainsi. Encore plus quand un garçon m’invita à danser et flirta avec moi en m’embrassant pendant un slow. Il me demanda mon prénom. « Jean comme l’actrice Jean Seberg » lui dis-je. Il me dit « tu es belle, j’ai envie de toi ». Je lui murmurais à l’oreille en dansant « moi je te sucerais bien la bite ». Il fut estomaqué mais c’est pourtant ce que nous avons fait dans la salle de bain de ma copine peu après. J’ai su le lendemain qu’il avait seriné mon amie pour avoir mon numéro de téléphone, sans succès.C’est aussi à cette époque où j’ai commencé à stimuler mon anus pour bander quand je n’avais pas de queue à sucer. J’utilisais bahis siteleri un god dans ma chambre en me regardant dans la glace. Je n’avais pas de vrai orgasme mais mon pénis sécrétait un fluide visqueux dont j’aimais le goût. Puis certains jours je portais un plug en journée car j’aimais marcher avec cette sensation dans le cul.J’ai ensuite fait une formation courte de logisticien en transport et j’ai travaillé au bureau d’une société qui organise le fret routier. J’étais régulièrement en contact avec les chauffeurs venant retirer les documents de transport avant de prendre la route. J’y allais en homme et réservais la femme pour mes loisirs. C’est là que je rencontrai Pablo un jeune chauffeur espagnol, beau, brun, bronzé venu déposer un chargement. Il ne devait recharger que le lendemain. Nous avons blagué un moment. Il me plaisait, je l’ai dragué un peu. Le soir il m’attendait à la sortie du boulot et me proposa de dîner ensemble. Je lui dis « oui avec plaisir mais je repasse chez moi avant, tu m’accompagnes je suis en voiture ». A mon appart je l’installai au salon avec une bière et je partis me doucher et me changer. Quand je réapparu j’étais en escarpins à talon, minijupe et chemiser en soie. Il siffla en me découvrant, se leva, me pris dans ses bras. Nous nous embrassâmes à pleine bouche. Après avoir diné à la pizzeria du quartier nous sommes vite revenus chez moi et nous avons fait l’amour. Il avait un beau pénis que j’ai stimulé avec ma langue et pour la première fois bahis şirketleri je me fis prendre complètement par un homme. J’ai aimé être pénétrée à fond, sentir la puissance de son érection en moi. Quand il accéléra en me branlant j’ai eu mon premier vrai orgasme.Lors d’une autre rencontre Pablo me dit « ce soir je te promène dans mon camion ; fait toi belle et un peu pute ». Il m’emmena, un peu plus maquillée que d’habitude, sur la rocade et me demanda de le sucer en roulant. Quand on se faisait doubler par un autre camion il y avait des petits coups de klaxon complices.Il se gara sur une aire dédiée aux semi-remorques un peu en dehors de la ville et m’expliqua que c’était une zone très vivante la nuit car des prostituées venaient soulager les chauffeurs dans leurs cabines. Elles ne prenaient pas cher et enchaînaient les pipes. Je vis le manège. Il me dit « tu devrais aller faire un tour pour voir de plus près, je te regarde d’ici ». Excitée et attirée par cet inconnu un peu dangereux j’y allais, aussi pour ne pas décevoir Pablo. Au bout de quelques mètres un appel de phares m’indique un camion que j’intéresse. J’y vais. L’homme, un polonais, parle mal la langue. Il fait un geste avec sa main devant sa bouche et dit « combien ». J’indique le chiffre dont Pablo m’a parlé et je monte à bord. Ce fût mon premier acte de pute. Le polonais a bien aimé que je le suce. Il m’a mis un doigt dans l’anus pendant que je lui astiquais le chibre.J’ai aimé faire ça. Depuis j’y vais régulièrement pour le plaisir et j’ai connu beaucoup de queues de toutes nationalités. Parfois l’homme en veut plus et s’il me plait je me fais sauter dans sa couchette. Je gagne autant d’argent comme cela qu’avec mon salaire au bureau.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir