Moi Maryline 3Lasoubrette

      Yorum yok Moi Maryline 3Lasoubrette

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Moi Maryline 3LasoubretteAvec mon travail et les trajets quotidiens, je n’ai guère le temps (et pas plus l’envie) en rentrant chez moi de faire du ménage et je dois l’avouer ma maison est le moins qu’on puisse dire « vivante » avec de tout partout. J’ai donc décidé de prendre quelqu’un à la fois pour m’aider dans ces tâches ingrates, mais aussi pour me tenir compagnie.J’ai rendez-vous dans une heure avec la première des candidates à venir faire mon ménage. Aujourd’hui j’ai pris un RTT et je vais voir quatre femmes, entre ce matin et cet après-midi.La première le matin, a dans les 25 ans, un visage et un corps revêche, des yeux noirs et un piercing dans la lèvre inférieure. Le piercing ce n’est pas gênant, même si ce n’est pas mon truc, j’ai l’esprit ouvert (pas que l’esprit rhoooo) mais elle ne fait pas franchement propre dans son jean qu’elle doit ne laver que une fois par mois et ne m’inspire pas confiance. Je m’abrite derrière la formule éculée « j’ai encore des personnes à voir je vous rappellerai » et je pousse un ouf de soulagement à son départ. La deuxième porte la cinquantaine altière et a des références dans un plein classeur et je me dis qu’avec autant de références, elle n’a pas dû rester longtemps dans une place. Encore un petit coup de formule consacrée et c’est au tour de la troisième, bavarde comme une pie et qui commence par me dire, je ne fais pas de vaisselle à la main donc s’il n’y a pas de lave-vaisselle…… Pour la cuisine, je veux d’abord voir vos équipements et pour le repassage, il est nécessaire que vous ayez une centrale vapeur ! c’est votre intérêt et je travaillerais mieux ! Tout cela débité d’un ton péremptoire, qui ne souffre aucune réplique. J’arrive quand même à placer la formule magique du « je vous recontacte très vite ». Elle part sur les chapeaux de roue, pas dupe et lance à la porte,-Faites vite j’ai de la demande Moiiii.Je commence à désespérer, me disant que si la dernière est du même tonneau, je vais devoir reprendre un RTT. On sonne à la porte. Je me précipite presque et ralentis avant d’ouvrir. Je me trouve nez à nez avec une jolie femme assez grande, d’une trentaine d’années, aux cheveux mi- longs châtains, vêtue sobrement, d’une jupe à mi mollet brune, d’un chemisier un ton plus clair et d’un gilet boutonné jusque sous ses seins qu’elle a généreux. Je me mets à évaluer un 95c. Mais qu’est ce qui me prend là ? Bref je la fais entrer, la guide dans le couloir et l’invite à s’assoir sur le canapé en cuir du salon, tandis que je prends place face à elle, dans un fauteuil confortable.-Présentez-vous donc, mais voulez-vous boire quelque chose, il fait chaud ! donnez-moi donc votre gilet vous serez plus à l’aise. Elle se relève timidement et passant edirne escort derrière elle, je l’aide à ôter le vêtement ce qui me permet de voir qu’elle a un fessier majestueux, rond haut perché et assez volumineux que j’ose frôler en finissant d’enlever son gilet. Je l’abandonne quelques minutes et pars à la cuisine, depuis laquelle je propose presque à tue-tête,-Boisson fraiche café ou thé ?Une boisson fraiche, merci, me répond-elle. Je ne sais pas du tout ce qui m’arrive. Je n’ai jamais eu de pulsions vis-à-vis d’une femme et pourtant me voilà en émoi devant une inconnue, qui il faut le dire est gironde. Son visage de plus est agréable et ses lèvres charnues et boudeuses, une vraie tentation.Revenue au salon, je dépose le plateau avec deux orangeades, me penchant exagérément devant elle, pour qu’elle puisse plonge son regard (ses yeux brun pailletés d’or sont magnifiques) dans le sillon de mes seins dévoilés par un bouton, que négligemment, j’ai ôté avant de revenir de la cuisine. J’ai l’impression qu’elle jette un regard furtif, vers mes seins, mais, est-ce que ce n’est pas mon imagination ?Une fois que nous avons trempé nos lèvres (les siennes sont vraiment excitantes, mouillées de jus d’orange) dans nos verres, elle commence à m’expliquer pourquoi elle a répondu à mon annonce.-Je m’appelle Martine, Je n’ai aucune expérience, en tant qu’employée, mais j’ai toujours tenu mon intérieur et j’aime l’ordre et la propreté sans aller jusqu’à être maniaque. Je viens de divorcer et même si mon ex-mari me verse une pension correcte, j’ai besoin de travailler. Je n’ai pas d’enfants et suis libre de suite s’il le faut pour un essai. Je la regarde songeuse, en me mordillant la lèvre. Cette femme me plait (dans tous les sens du terme), elle est franche et j’ai envie de lui proposer plus que ce que j’avais prévu en passant mon annonce. Je ne me suis pas rendue compte combien je la fixais en réfléchissant, mais la rougeur qui s’installe sur ses joues me rappelle à la réalité et je me décide sans plus attendre.-Voilà ce que je voudrais, il me faut une personne à demeure, pour tenir ma maison qui est grande et dont je suis absente toute la journée pour mon travail. J’offre un salaire de mi-temps sur le smic horaire, mais en plus une chambre, avec salle de bain indépendante et le couvert, les week-ends sont libres, tout comme les jours fériés. Bien sûr si vous acceptez, nous pourrions faire une période d’essai de 8 jours ! qu’en pensez-vous ?-Madame, je n’aurai pas osé espérez cela, ‘est oui, oui bien sûr. Quand voulez-vous que je commence ?-Ne m’appelez pas madame alors ! je m’appelle Marilyne et permettez-moi de vous appeler Martine. Vous commencerez dans 3 jours lundi si cela vous convient, escort edirne d’autant que ce sera le 1er jour du mois.Et c’est ainsi que Martine est entrée dans ma vie.La complicité de filles s’est très vite installée et les soirées à papoter, l’une sur le canapé, l’autre sur un fauteuil, étaient plus nombreuses, que celles cantonnées chacune dans notre chambre devant une série télé ou à lire un roman.Il faut l’avouer je jetais souvent des regards furtifs sur sa croupe, quand elle se penchait ou sur ses seins qui remplissaient généreusement ses corsages et mon excitation grimpait en flèche les jours ou restant entre nous, elle ne mettait pas de soutien-gorge. Cependant, ses tenues n’étaient jamais provoquantes et elle ne semblait jamais remarquer mes regards ou la rougeur qui montait à mes joues sur une position de son corps me donnait des envies lubriques.Ce vendredi, je ne suis pas allée travailler ayant plusieurs RTT à récupérer et j’ai passablement trainé avec un certain plaisir dans mon lit. Vers 10h du matin, entendant l’aspirateur s’activer dans la salle à manger, je me suis décidée à me lever et j’ai enfilée une robe de chambre en éponge sur ma nuisette transparente. J’ai noué la ceinture sur ma taille ce qui malgré tout laisser voir mes seins plantureux plaqués à la nuisette arachnéenne, dans l’entrebâillement. C’est en baillant à m’en fendre la mâchoire que je rentre dans le salon. Je peux ainsi apercevoir Martine penchée en avant passant l’aspirateur avec énergie. Sa blouse de nylon légère tendue sur son cul de rêve dévoile le relief d’une brésilienne en dentelle et je ne peux m’empêcher d’imaginer ses globes superbes qui bougent au rythme des mouvements de ses bras. Le rouge me monte aux joues, j’ai vraiment une furieuse envie de caresser ce joufflu magnifique. Lentement je m’approche, Martine ne m’entend pas à cause du bruit de l’aspirateur et je pose une main presque négligente, en haut de sa croupe altère tout en la gratifiant d’un « bonjour » toi » sonore. Martine sursaute, mais curieusement ne se redresse pas. Je sens le haut de son globe fessier se contracter à chacun de ses mouvements. Elle me répond cependant par un bonjour aussi gai que le mien. Ma main reste sur sa hanche, tandis que je lui dis que je la trouve bien courageuse mais aussi très sexy de passer l’aspirateur ainsi. Je n’ai qu’un rire de gorge pour toute réponse et j’ose coller ma hanche à la sienne tandis que ma main glisse presque naturellement pour finalement se plaquer sur la fesse généreuse. Je ne peux m’empêcher de dire.-Et bien tu as un postérieur bien musclé ! c’est un plaisir des yeux et des mains.La réponse ne peut que me plaire.-Je suis ravie qu’il te plaise, j’adore mon cul et edirne escort bayan j’aime qu’il fasse envie, mais malheureusement il n’a pas beaucoup de prétendants le pauvre.Je suis troublée et excitée et interprétant ses mots comme une invite, je me mets à masser, palper presser les rotondités de Martine. Enhardie par sa docilité, je relève le fin tissu de la blouse dévoilant le cul superbe que met en évidence la dentelle de la brésilienne. Je constate que Martine campe ses jambes bien écartées tout en accentuant sa cambrure. Les seuls bruits désormais, sont ceux de nos respirations rapides et de l’aspirateur dont le manche sert maintenant de pieu d’équilibre à la belle. Mes mains glissent, explorent, caressent, deviennent fermes et sans préavis je lui mets une claque magistrale sur la fesse droite. Un petit gémissement de pure forme plus tard le cul de martine se met à onduler aguicheur, excitant.-Ha tu aimes être fessée petite salope ! tu vas être servie !La belle, murmure un « oui » tandis que ma main se met à lui administrer la plus magistrale fessée qu’elle ait jamais reçue.je me souviens tout en la fessant du plaisir que j’ai moi-même éprouvé à être fessée, par mon cambrioleur auquel je repense souvent et qui malheureusement n’est jamais revenu, ce qui m’incite à fesser plus violement encore le charnu si bien exposé.Les rondeurs généreuses de Martine se marbrent de rouge et pourtant elle continue de se cambrer en ondulant. – Va y défonce mon cul de petite cochonne frappe le fort ! Hurle t’elle, presque en transe.Ma main glisse entre ses cuisses et je constate que sa culotte est quasiment trempée de mouille. Je me mets à la masser à mon tour et à la gifler. Alors brutalement excitée par les vibrations que mes gifles transmettent à sa chatte, Martine se met à jouir à longs traits, devenant fontaine. Je vois la cyprine couler sans discontinuer le long de ses cuisses jusqu’à former une petite flaque entre ses pieds. La sentant fléchir, je la prends par la taille et la pousse délicatement sur le fauteuil proche. Je pose un léger baiser sur ses lèvres qui tremblent et lui dit.-Bon je vais nous préparer le café. Sois sage je reviens !A mon retour avec un plateau chargé de deux tasses fumantes, je trouve Martine toujours allongée qui se caresse le minou sans vergogne. Je m’assieds et la regarde enfoncer ses doigts d’une main tout en frottant son clito avec un doigt de l’autre. Elle accroche son regard au mien et je vois dans ses yeux que de s’exhiber ainsi sans aucune pudeur l’excite très fort.Elle ne tarde pas à jouir à nouveau, le corps secoué de spasmes incontrôlés. Enfin elle finit par se calmer et reste alanguie, repue de plaisir.La belle Martine cachait bien son jeu ! C’est assurément une belle cochonne et ce n’est pas pour me déplaire.Merci de commenter que vous aimiez ou pas! d’autre part je cherche une muse avec laquelle avoir des échanges clavier qui deviendront des histoires. merci d’avance

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir